mobilite-durable-brest.net
Se déplacer autrement au quotidien dans le Pays de Brest

Accueil > Les PDE du territoire > CMB Arkea > Enquête et diagnostic

Enquête et diagnostic

mardi 30 juillet 2013

Actualisation en 2013 du diagnostic

Comme en 2010 le moyen de transport le plus utilisé reste la voiture individuelle (87%)
Viennent ensuite :
Le co-voiturage (4,6% contre 2,5% en 2010)
Le Bus/Car (4,1% contre 0,94% en 2010)
RESAGO (0,2%)

Une volonté de faire évoluer les pratiques de transport

31% de la population interrogée affirme vouloir faire évoluer ses habitudes
de déplacement
Vers le bus (31%)
Vers le tramway (9,7%)
Vers le co-voiturage (22,5%)

Suite à cette nouvelle enquête, des actions en matière de co-voiturage, de faciliter d’accès pour les vélos et la navette TIVAN ont été mises en place. Retrouvez les informations dans la rubrique "infos déplacements".

Diagnostic accessibilité du site en 2010

Lors de l’étude, un diagnostic a été réalisé pour différents sites du groupe Arkea dont celui du siège, au Relecq-Kerhuon. Vous retrouverez ainsi des extraits de cette évaluation dans différents articles. La légende est la suivante :

« Au sujet du cas spécifique du siège du Relecq-Kerhuon , il apparaît fondamental qu’un site de plus de 1000 collaborateurs (bientôt 1800 suite au projet Xanadu) puisse disposer de l’ensemble des solutions de mobilités alternatives existantes.

Ainsi, la commune du Relecq-Kerhuon étudie actuellement la mise à disposition de bornes de service pour les vélos électriques. Si la viabilité d’un projet aussi novateur doit nécessairement être évaluée, il n’en reste pas moins vrai que le vélo électrique s’avère une solution pertinente en regard de la géographie de la commune. de même, des rapprochements avec des acteurs amorçant des démarches similaires, comme Ikea par exemple ou la commune de Guipavas qui lance actuellement son Agenda 21, peuvent permettre de pérenniser de ce type de démarche. »

Vos habitudes de déplacement et vos attentes

  • Habitudes des collaborateurs

Plus de 87% des collaborateurs utilisent leur voiture, 3% déclarent venir en covoiturage. En moyenne, un salarié de l’UES Arkade met entre 15 et 20 minutes pour se rendre sur son lieu de travail et réside dans un rayon de 30 kilomètres. Plus de 70% estiment qu’un trajet leur coûte moins de 300 euros par mois alors que la moyenne constatée est légèrement supérieure à ce chiffre.

La moitié des sondés déclarent déjeuner à l’extérieur (ce qui induit l’utilisation de la voiture une fois sur deux). Enfin un quart des salariés affirment se déplacer au moins une fois par semaine pour des raisons professionnelles.

  • Attentes des collaborateurs

Plus d’un tiers des collaborateurs considèrent qu’il incombe à l’entreprise d’apporter des solutions en matière de déplacement. Ils sont attentifs à la praticité du mode de déplacement, à la durée du trajet, le prix, au confort, et en dernier lieu, à l’impact environnemental.

Concernant les modes de transport alternatif à la voiture, les déplacements dits doux (marche à pied, vélo…) recueillent 35% d’avis favorables avec deux attentes majeures : l’aménagement de pistes cyclables qui relève des compétences de la commune, et l’aménagement de vestiaires sur le lieu de travail (casiers et douches).

Par ailleurs près de la moitié des collaborateurs considèrent que la desserte des transports en commun sur leur site pourrait être améliorée et concernant le siège du Relecq-Kerhuon, 192 salariés déclarent qu’ils prendraient d’avantage le bus dans le cas d’un rapprochement de l’arrêt, dont 71 précisant qu’ils viendraient tous les jours en bus. (cf étude sur la ligne 27)

Plus de 50% des collaborateurs se déclarent intéressés par la pratique du covoiturage et 12% déclarent qu’ils le pratiqueraient quotidiennement s’ils en avaient la possibilité.Les deux solutions les plus soulignèes par les salariés pour développer cette pratique sont une possibilité de retour en cas d’imprévu et une meilleure connaissance des salariés habitant à proximité de chez eux et ayant les mêmes habitudes horaires.

Enfin le travail à distance ainsi que la reconnaissance de bonnes pratiques individuelles sont également évoqués comme des solutions permettant de moins ou mieux se déplacer.